Accueil » Documentation » Bibliothèque du CG22 » Boishardy, l’histoire et la légende

Boishardy, l’histoire et la légende

lundi 17 octobre 2011, par JCLB
MOTS-CLÉS :  / bibliotheque / révolution / histoire

 

Cet ouvrage de Hervé POMMERET est paru dans la collection "des faits & des hommes" à l’Office d’édition du livre d’histoire.


Dans un pays hostile à la Révolution, Boishardy joua un rôle essentiel dans le soulèvement qui fit trembler les administrateurs et les forces armées de la République. L’étude du chanoine Pommeret qui lui est consacrée reste aujourd’hui un document de référence.
Fils de mousquetaire, Amateur-Jérôme Le Bras des Forges de Boishardy entre en 1780 au Royal-la-Marine. En garnison à La Rochelle en 1792, il est porté par erreur sur la liste des émigrés par le Directoire de Lamballe. De retour en Bretagne, il entre alors dans une opposition militante. Le 15 octobre 1794, Boishardy prend le commandement de la division des Côtes-d’Armor de l’armée catholique et royale. Opposé à l’enrôlement des déserteurs, il déclare « n’avoir besoin que de ses Bretons pour chouanner ».
Entraîné à tous les exercices corporels, rompu à la fatigue, doué d’une éloquence naturelle qu’il emploiera à faire des prosélytes, franc, généreux, très simple de manières, Boishardy a vite conquis les paysans au milieu desquels il vit, des sympathies et des amitiés qui lui seront toujours fidèles. Poursuivi par des centaines de gardes nationaux sous la direction de Charles Hello, il vit chez des amis et change fréquemment de résidence. Le 19 mars 1795, Boishardy signe le traité de Moncontour avec Hoche, pour gagner du temps. Le 17 juin, il est tué dans une embuscade, sur le chemin des Champs-Piroués. Le lendemain, sa tête est promenée dans les rues de Moncontour et de Lamballe.
Une page d’histoire qui révèle la vie d’un chef chouan méconnu. Un épisode de la chouannerie qui méritait d’être rappelé.

Hervé POMMERET est, également l’auteur de "L’esprit public dans le département des Côtes-du-Nord".


Les ouvrages consultables à la bibliothèque du Centre Généalogique des Côtes-d’Armor





Les articles de cette rubrique

     

    2010

    juillet

  • L’âme de l’Étang

    L’âme de l’Étang Agrandir le plan II s’agit d’un livre qui fait vivre un site exceptionnel, L’Etang-Neuf, en plein Centre Bretagne. Alors qu’on est loin de partout, à l’orée du Bois de Coatmallouen, à cheval sur le Trégor et la Cornouaille, (...)

  •  

    mai

  • La noblesse entre l’exil et la mort

    La noblesse est apparue, très tôt dans l’Ouest, surtout en Bretagne, comme fondamentalement et massivement hostile à la Révolution.

  •  

  • L’argot des nomades en Basse-Bretagne

    Quel étrange destin que celui de ce jeune Rochois (de La Roche-Derrien), étudiant pauvre, très tôt exilé dans la capitale, emportant sa Bretagne dans la tête et dans le cœur, fréquentant assidùment les milieux intellectuels parisiens et les grands (...)

  •  

    février

  • Dictionnaire des communes - département des Côtes-d’Armor - Eléments d’histoire et d’archéologie

    Ce dictionnaire est un ouvrage incontournable pour tout généalogiste faisant des recherches dans notre département.

  •  

    janvier

  • Nouvelle histoire de la Bretagne

    L’identité bretonne existe-t-elle encore en cette fin de XXe siècle ? La Bretagne a-t-elle un avenir dans l’Europe unie qu’elle souhaite ? La réponse à ces questions se trouve en grande partie dans le passé. Un passé que ce livre interroge à la lumière (...)

  •  

    2009

    décembre

  • Les Cahiers du Trégor

    Les 30 Cahiers du Trégor ont été publiés de 1982 à 1990 avec le concours de la M.J.C. de Bégard.

  •  

  • Les Carnets du Goëlo

    Les Carnets du Goëlo sont publiés par la SEHAG

  •  

    octobre

  • Tanneurs de Bretagne

      Depuis toujours, la Bretagne est pays d’élevage. Depuis toujours, on s’y efforce de valoriser les productions animales. Aujourd’hui, dans la filière agro-alimentaire ; hier, dans des réseaux tout aussi (...)

  •  

    septembre

  • Bretons de Paris - des exilés en capitale

    Ils sont de Quimperlé, Pont-Croix, Ploërmel, Guingamp, Carhaix ou du Faouët... Un jour, comme l’ont fait avant eux leurs aînés, ils ont tourné le dos au pays pour s’en aller à Paris.

  •  

    août

  • Communes bretonnes et paroisses d’Armorique

    A la recherche des origines paroissiales

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 100