Accueil » Nos communes » Lanrelas » Le manoir de Guillerien en Lanrelas

Le manoir de Guillerien en Lanrelas

mardi 10 avril 2012, par Ermel Philippe
MOTS-CLÉS :  / patrimoine

 

Sous l’Ancien Régime Guillerien était le siège d’une haute justice seigneuriale, pourtant aucune trace des premiers possesseurs du lieu antérieurement au seizième siècle...


 

Guillerien : anciennement Guilerian ou Guylerian

 

 

 

Vieux breton « vilar-wiler Rihen » : La ferme de Rihen, l’origine Bretonne de l’endroit est évidente, on peut imaginer un siège défensif très ancien à travers les villages alentours : la Deuve, la Barre, le Châtel.

 

Le manoir fut reconstruit au XVIII ème siècle, mais le site a cependant conservé de remarquables communs situés sur les arrières remontant au XVIe siècle. Ces communs sont intéressants : portes jumelles cintrées surmontées d’une remarquable gerbière pareillement travaillée, tout laisse penser que la partie gauche était la demeure seigneuriale, celle de droite, moins raffinée la demeure des domestiques.

 

Cependant on observe sur cette partie droite une remarquable fenêtre dotée d’un linteau à accolade. On devine encore les traces de douves ainsi que l’encadrement d’accès au lieu.

 

JPEG - 27.7 ko
Glé
JPEG - 33.9 ko
Broons de
JPEG - 21.3 ko
Déserts des
JPEG - 22.1 ko
Gouault

Louise Derval

 

En 1513 la famille de Rabuan a le fief de Guillerien en gage mais n’en est pas propriétaire. Le plus ancien possesseur connu de ce lieu est Guillaume de Derval sieur de Brondineuf, de Guyllerian et du Gayvon marié à Gillette des Déserts. Une fille est née de cette union en 1591 à Lanrelas : Louyse (Acte ci-dessus). Les témoins étaient Louys Despinay Sieur de la Marche et Chevalier du roi (Henry IV), Demoiselle Guillemette de la Vallée femme et épouse de Marc de Rosmadec, seigneur de Pontcroix et capitaine de sa majesté, Catherine de Carmené (sœur de Peronnelle la mère de Guillaume de Derval) épouse de Jacques de Lys.

 

Guillemette de la Vallée citée ci-dessus était la fille de Jean de la Vallée, seigneur de Saint-Jouan, de Quédillac et du Roz et de Bonne Glé, dame de la Costardais. Or, en 1590 une Guillemette Glé est dame dudit lieu, de Brondineuf et de Guillerian, peut-être faut-il chercher les précédents possesseurs de ce côté-ci ?

JPEG - 39.9 ko
Henry
JPEG - 29.7 ko
Volvire de Ruffec de
JPEG - 31.8 ko
Guérin de la Grasserie
JPEG - 31.8 ko
Botherel de la Bretonnière

 

La famille Henry posséda l’endroit au cours du XVIIème :

 

Jean Henry sieur de Guillerien (enterré en l’église Saint Aubin de Rennes le 20/08/1640) a pour compagne Françoise Gouault dame de la Belle Epine (enterrée en l’église Saint Aubin de Rennes le 26/02/1637), est greffier criminel du parlement en 1623.

 

Jacques son fils et ses petits-fils Jean & Jacques, anoblis par lettres de 1676 pour « services rendus par eux et leurs auteurs en qualité de conseillers au présidial de Rennes depuis 1609 ».

 

Guillaume Henry, sieur de Belestre, maître des comptes en 1652 maintenu en cette qualité en 1671.

 

Jeanne (+30/12/1661 à Eréac) fille de Jean et Françoise Gouault épouse Robert Guérin de la Grasserie, de cette union naquirent quatre enfants dont Jean qui épouse de Claude Volvire de Ruffec en 1644.

 

Robert Guerin de la Grasserie décède vers 1627, Jeanne Henry épousera Toussaint Brunet du Moulin-Tizon, au moins quatre enfants naquirent de cette union dont Gilette qui épousera Charles de Saint Gilles à Lanrelas le 9 Janvier 1650 ;

 

Dans cet acte de mariage il est précisé : « Jeanne Henry douairière du Moulin-Tizon et propriétaire de Guillerien ». En 1639, Amaury Sotinel, fils de Jean est métayer à Guillerien.

JPEG - 32.9 ko
Broc de la Tuvelière
JPEG - 28.7 ko
Haie de Saint-Hilaire
JPEG - 37.4 ko
Ferron du Chesne
JPEG - 30.6 ko
Saint-Pern de

 

Fin XVIIe Claude Guérin de la Grasserie fils de Jean et Claude de Volvire de Ruffec est seigneur de Guillerien, sa sœur Jeanne épouse Gilles Botherel de la Bretonnière le 22 février 1678 à Lanrelas, il deviendra gouverneur de la Ville de Dinan et s’éteindra en 1709.

 

De cette union naît Anne Nicolas le 25/10/1683 à Rennes, marié le 8 juin 1722 avec Marie Angélique Ferron du Chesne de la branche de St-Solen & Jean François Botherel de la Bretonnière né le 20 juillet 1685 qui deviendra Abbé en l’Abbaye de Beaulieu.

 

Jeanne GUERIEN

 

Des enfants de Anne Nicolas et Angélique Ferron du Chesne : René exerça aussi cette charge de gouverneur de Dinan, jusqu’à sa mort survenue à Dinan en 1781, Charles devint prêtre, Anne Claude devint Chevalier de Malte et décéda à la Grenade (Antilles), Anne Charles émigra en Guadeloupe.

 

Charles BOTHEREL

 

Dans l’acte de mariage du 30 juillet 1759 entre Bertrand Béchu Avocat, juge royal des eaux et forêts de Bosquen et Françoise Rouault figure parmi les témoins le sieur Jean François Forcoueffe. Il est sénéchal du Rochay et de Guillerien. François Lucas originaire de Dolo était domestique au château de Guillerien en 1773.

 

A la veille de la Révolution, une partie de la terre de Guillerien appartient à Auguste Bertrand de Saint Pern de Ligouyer dont la famille fut présente à la Touche Mesléart au début du XVIIe.

 

Bertrand-Auguste de St Pern***, marquis de la Hardouinais et de St Launeuc mourut à St Launeuc le 8 septembre 1812 et son fils Isidore s’éteignit à Lanrelas le 23 décembre 1877.

 

En 1876 il était âgé de 75 ans et vivait à Guillerien avec son épouse la marquise de Saint Pern Victoire Claire de Broc de La Tuvellière âgée de 67 ans, leur nièce Marie Désirée de Saint Pern âgée de 47 ans, et leur neveu Arthur, âgé de 45 ans, marin de profession (leur fils Frédéric Marie est décédé à lanrelas en 1870 à l’âge de 32 ans).

 

A la fin du XIXe siècle, Guillerien fut la possession de la famille de la Haye de St-Hilaire, dont l’un des membres les plus éminents fut Louis, officier Chouan mort en 1831.

 

***Bertrand Auguste de Saint Pern 1742-1812 épousa Françoise Magon de la Balue (guillotinée en 1794 à Paris, victime de la Révolution) puis Marie Toussainte Cosnier dont Isidore.

 

Bertrand de Saint Pern (17ans), demi-frère d’Isidor aurait été guillotiné à Paris le même jour que sa mère en 1794.

 

 

Louis HAIE de SAINT-HILAIRE

 

GUILLERIEN

 





Les articles de cette rubrique