Accueil » Documentation » Bibliothèque du CG22 » Le cheval d’orgueil

Le cheval d’orgueil

lundi 30 juin 2008, par JCLB
MOTS-CLÉS :  / bibliotheque / vie_sociale

 

« Trop pauvre que je suis pour posséder un autre animal, du moins le Cheval d’Orgueil aura-t-il toujours une stalle dans mon écurie. » Ainsi parlait à l’auteur, son petit-fils, l’humble paysan Alain Le Goff qui n’avait d’autre écurie que sa tête et d’autre terre que celle qu’il emportait malgré lui aux semelles de ses sabots de bois.


Le cheval d'orgueil « Quand on est pauvre, mon fils, il faut avoir de l’honneur. Les riches n’en ont pas besoin. » Deux ancêtres de la famille, dit la tradition orale, ont été pendus par le duc de Chaulnes après la Révolte des Bonnets Rouges. Ils avaient dû écraser quelques pieds de marquis parce qu’ils ne pouvaient vraiment pas faire autrement. Au Pays Bigouden, on ne redoute rien tant que la honte qu’on appelle ar vez. Et l’honneur consiste à tenir et à faire respecter son rang, si humble soit-il. Tout le reste est supportable.

L’auteur a été élevé dans ce sentiment. Avant d’apprendre le français et d’entrer dans la civilisation seconde qui est la sienne aujourd’hui, il a été éduqué en milieu bretonnant, dans une société qui vivait selon un code strictement établi.

Il n’enseigne pas, il raconte minutieusement, paysannement, comment on vivait dans une "paroisse" bretonnante de l’extrême ouest armoricain au cours du premier demi-siècle. Il ne veut rien prouver, sinon que la véritable histoire des paysans reste à faire et qu’il est un peu tard pour l’entreprendre.

Il affirme tranquillement que ceux qui jugent les paysans comme des êtres grossiers sont eux-mêmes des esprits sommaires et naïfs. Il ajoute que les hommes ou les régimes qui ont suscité des révoltes de paysans ont fait entrer ces derniers en jacquerie à force de mépriser leur culture.

Alors le Cheval d’Orgueil a secoué furieusement sa crinière !

L’auteur n’est pas convaincu, en passant d’une civilisation à l’autre, d’avoir humainement gagné au change. Mais aujourd’hui, la grande question qui se pose est de savoir s’il existe encore des paysans, c’est-à-dire des hommes qui, avant d’être de leur temps sont d’abord de quelque part où ils doivent se mettre à l’heure du temps qu’il fait.

Pierre Jakez HÉLIAS

Né en 1914 au bourg de Pouldreuzic, sur la baie d’Audierne, entre la pointe de Penmarc’h et la pointe du Raz. Parents ouvriers agricoles, cultivateurs sans terre. La seule langue utilisée hors de l’école est le breton.

Boursier au lycée de Quimper, étudiant à Rennes, enseigne les humanités classiques dans divers établissements publics de l’académie sans jamais vouloir en sortir. Actuellement professeur agrégé de lettres à l’Ecole Normale du Finistère, chargé de cours de celtique à l’Université de Bretagne Occidentale.

Enfant, il a été élevé au sens propre du terme par ses deux grands-pères, conteurs impénitents l’un et l’autre, le premier fort connu pour son répertoire traditionnel et ses inventions humoristiques, le second atteignant au surréalisme en suivant la pente naturelle de son esprit. En breton, bien sûr !

À la Libération, après avoir été rédacteur en chef de l’hebdomadaire Vent d’Ouest, organe du Mouvement de Libération Nationale, il est chargé d’assurer à la radio les émissions en breton à l’intention des auditeurs de basse Bretagne. Il écrit des centaines de dialogues illustrant les traits les plus originaux de la vie quotidienne des bretonnants ; il promène son magnétophone dans les fermes et les bourgs, recueillant une masse de documentation de toute sorte et se familiarisant avec les divers dialectes de sa langue maternelle. De petites compagnies d’amateurs représentent dans les campagnes et même dans les villes de la zone bretonnante ses sketches radiophoniques les plus célèbres.
Président de la Commission Nationale de Folklore à la Ligue de l’Enseignement, l’auteur dirige pendant plus de vingt ans des stages régionaux et nationaux de civilisation populaire à travers la France. Il fait paraître de nombreux livrets d’études et de contes (éd. Jos Le Doare, Châteaulin), et deux grands recueils de synthèse : Le Pays Bigouden et Vivre en Cornouaille (éd. de la Cité, Brest). Enfin, deux livres de poèmes : Manoir secret (1965, Prix Bretagne) et La Pierre noire (1974), rassemblent, en éditions bilingues, l’essentiel de son inspiration poétique bretonnante.

Cet ouvrage est paru en 1975 aux Éditions Plon, collection "Terre Humaine" ; la biographie ci-dessus date aussi de cette époque.


Les ouvrages consultables à la bibliothèque du Centre Généalogique des Côtes-d’Armor

Voir en ligne : Pierre-Jakez Hélias dans la collection Bretagne Films





Les articles de cette rubrique

     

    2009

    mai

  • Mineurs de Bretagne

      Il est des traditions qui demeurent, d’autres qui s’éteignent. L’importance des mines métalliques bretonnes relève de ces dernières et il ne vient plus à l’idée de grand monde que cette province a pu être l’une des premières régions productrices de plomb (...)

  •  

  • Teilleurs de lin du Trégor

      L’industrie des toiles a longtemps occupé une large place dans l’économie bretonne. La matière première de cette activité venait, pour l’essentiel, des plateaux fertiles de la Bretagne nord, notamment du Trégor où le climat humide et doux était (...)

  •  

    avril

  • Histoire de la Résistance en Bretagne

    Des départs vers l’Angleterre (été 1940) aux milliers de F.F.I. bretons se battant pour leur libération (été 1944), la flamme de la Résistance bretonne ne cesse de briller dans une région qui rejette immédiatement l’occupant, prend ses distances avec (...)

  •  

  • Le choc de la guerre dans les Côtes-du-Nord (1939-1945)

    Cinquante ans après la fin de la deuxième guerre mondiale, cette période noire de notre histoire est encore objet de souvenirs et de débats, de passions et de polémiques. Grâce à l’accès aux archives, à l’enquête orale auprès des acteurs, aux nombreux (...)

  •  

    mars

  • La Bretagne au combat (1939-1945)

    Joseph Darsel peut inscrire sur sa carte de visite : commandeur de la Légion d’Honneur à titre militaire, commandeur de l’Ordre supérieur du Temple de Jérusalem, croix de guerre, médaille de la Résistance, médaille de la Reconnaissance (...)

  •  

    janvier

  • Tu seras soldat - L’enfant et la guerre à l’école primaire - 1871-1918

    Une nation intelligente et forte considère, comme la meilleure garantie d’un patriotisme éclairé, la diffusion, dans les rangs de la société et dès le plus jeune âge, des principes de discipline, d’honneur et d’abnégation, sans lesquels il n’est point de (...)

  •  

    2008

    décembre

  • Les Sociétés de pensée depuis l’Ancien Régime en Bretagne et en Côtes d’Armor

    Cet ouvrage, dont le sous titre est Les Précurseurs du Mondialisme, a été écrit par Claude DEVALLAN, originaire de Corlay et adhérent du Centre Généalogique des Côtes-d’Armor.

  •  

    novembre

  • Armandine - Lettres d’Amour - de Binic au front (1914 -1918)

      De Binic, petit port des Côtes-d’Armor, de Saint-Brieuc ou de Rennes jusqu’aux tranchées du Nord et de Lorraine, Armandine écrit chaque jour une lettre de quatre pages à son mari Armand qui est soldat sur le (...)

  •  

    octobre

  • Le diable en Bretagne

      Il fait peur, il est le terrifiant orchestrateur des forces maléfiques, il emporte les damnés dans un monde où l’on perd tout espoir. C’est Satan, le père du mensonge. Il fait rire, il est berné, maltraité, ridiculisé. C’est Paol Goz ou le vieux (...)

  •  

  • Chasse aux loups et autres chasses en Basse-Bretagne

    E.W.L. Davies a passé deux hivers dans la région de Carhaix en 1855-56. Il a participé aux chasses du louvetier morlaisien Charles de Saint-Prix, et vingt ans plus tard, rédigé des souvenirs qui constituent un témoignage exceptionnel tant sur la (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 100