Accueil » Documentation » Bibliothèque du CG22 » La maison d’Alphonse

La maison d’Alphonse

lundi 13 octobre 2008, par JCLB
MOTS-CLÉS :  / bibliotheque / affaires_militaires / guerre / résistance

 

A huit reprises, entre le 29 janvier 1944 et le 9 août de la même année, une phrase qui n’était comprise que de quelques initiés fut diffusée dans le cadre des "messages personnels" par la radio de Londres.


Quand ils s’entendaient dire par la voie des ondes "Bonjour à tous dans la maison d’Alphonse", les membres du réseau d’évasion Shelburn savaient qu’une corvette partie d’Angleterre se présenterait un peu après minuit au large d’une crique déserte des Côtes-du-Nord, et que des chaloupes s’en détacheraient pour venir embarquer les aviateurs alliés qu’on tenait cachés dans des maisons d’alentour. Celle qu’on appelait "la maison D’Alphonse" constituait l’ultime relais avant la traversée du champ de mines qui barrait l’accès de la côte et la périlleuse descente vers la grève par une falaise à pic. C’est ainsi que Shelburn évacua vers la Grande-Bretagne cent trente-cinq aviateurs qui purent reprendre le combat, plus divers agents qui étaient attendus par les services secrets alliés. Vingt-trois des siens perdirent la vie dans cette entreprise à laquelle RÉMY a voulu rendre l’hommage qui lui était dû, et dont les authentiques péripéties composent un merveilleux roman d’aventures.

Cet ouvrage est composé de 22 épisodes, parfois un peu romancés, qui font revivre quelques résistants costarmoricains (Georges Jouanjean, la châtelaine du Bourblanc, François Le Cornec, René Dagorne, Mathurin Branchoux, Jean Boulbain, Louise Chareton et son fils, Joseph Darsel, François Kerambrun, etc)

Sa lecture prolonge celle de Par les nuits les plus longues.

Agé de trente-six ans, Gilbert RENAULT s’embarque le 18 juin 1940 à bord d’un chalutier qui, échappant de justesse à l’emprise de la Wehrmacht, le transporte de Lorient au Verdon, d’où un cargo suédois le conduit en Angleterre. Volontaire pour une mission secrète en France occupée, il quitte la Grande-Bretagne dès le 10 août, avec mission de surveiller les mouvements de l’ennemi tout le long de la côte atlantique. Le réseau qu’il crée sous le nom de Confrérie Notre-Dame couvre, dix-huit mois plus tard, l’ensemble de la France occupée et la Belgique. Sans cesse pourchassé par l’Abwehr et la Gestapo, celui qui est devenu "RÉMY" devra à l’héroïsme de ses camarades qui, sous la torture, dans les camps de déportation ou au poteau d’exécution, refuseront de le livrer, de n’être jamais pris. Et c’est sous l’uniforme qu’après le débarquement il reviendra participer à la libération de sa Bretagne natale. De lui, le général de Gaulle a écrit : "Notre Rémy fut des premiers, parce qu’il est des meilleurs. Et c’est pourquoi, après tout ce qu’il a fait - qui est si grand ! - il sait qu’il reste tant à faire." Il restait entre autres choses, à écrire l’histoire de ceux qui souffrirent et moururent au service de la France.

Cet ouvrage a été édité en 1968 par la Librairie Académique Perrin.


Les ouvrages consultables à la bibliothèque du Centre Généalogique des Côtes-d’Armor





Les articles de cette rubrique

     

    2009

    mai

  • Mineurs de Bretagne

      Il est des traditions qui demeurent, d’autres qui s’éteignent. L’importance des mines métalliques bretonnes relève de ces dernières et il ne vient plus à l’idée de grand monde que cette province a pu être l’une des premières régions productrices de plomb (...)

  •  

  • Teilleurs de lin du Trégor

      L’industrie des toiles a longtemps occupé une large place dans l’économie bretonne. La matière première de cette activité venait, pour l’essentiel, des plateaux fertiles de la Bretagne nord, notamment du Trégor où le climat humide et doux était (...)

  •  

    avril

  • Histoire de la Résistance en Bretagne

    Des départs vers l’Angleterre (été 1940) aux milliers de F.F.I. bretons se battant pour leur libération (été 1944), la flamme de la Résistance bretonne ne cesse de briller dans une région qui rejette immédiatement l’occupant, prend ses distances avec (...)

  •  

  • Le choc de la guerre dans les Côtes-du-Nord (1939-1945)

    Cinquante ans après la fin de la deuxième guerre mondiale, cette période noire de notre histoire est encore objet de souvenirs et de débats, de passions et de polémiques. Grâce à l’accès aux archives, à l’enquête orale auprès des acteurs, aux nombreux (...)

  •  

    mars

  • La Bretagne au combat (1939-1945)

    Joseph Darsel peut inscrire sur sa carte de visite : commandeur de la Légion d’Honneur à titre militaire, commandeur de l’Ordre supérieur du Temple de Jérusalem, croix de guerre, médaille de la Résistance, médaille de la Reconnaissance (...)

  •  

    janvier

  • Tu seras soldat - L’enfant et la guerre à l’école primaire - 1871-1918

    Une nation intelligente et forte considère, comme la meilleure garantie d’un patriotisme éclairé, la diffusion, dans les rangs de la société et dès le plus jeune âge, des principes de discipline, d’honneur et d’abnégation, sans lesquels il n’est point de (...)

  •  

    2008

    décembre

  • Les Sociétés de pensée depuis l’Ancien Régime en Bretagne et en Côtes d’Armor

    Cet ouvrage, dont le sous titre est Les Précurseurs du Mondialisme, a été écrit par Claude DEVALLAN, originaire de Corlay et adhérent du Centre Généalogique des Côtes-d’Armor.

  •  

    novembre

  • Armandine - Lettres d’Amour - de Binic au front (1914 -1918)

      De Binic, petit port des Côtes-d’Armor, de Saint-Brieuc ou de Rennes jusqu’aux tranchées du Nord et de Lorraine, Armandine écrit chaque jour une lettre de quatre pages à son mari Armand qui est soldat sur le (...)

  •  

    octobre

  • Le diable en Bretagne

      Il fait peur, il est le terrifiant orchestrateur des forces maléfiques, il emporte les damnés dans un monde où l’on perd tout espoir. C’est Satan, le père du mensonge. Il fait rire, il est berné, maltraité, ridiculisé. C’est Paol Goz ou le vieux (...)

  •  

  • Chasse aux loups et autres chasses en Basse-Bretagne

    E.W.L. Davies a passé deux hivers dans la région de Carhaix en 1855-56. Il a participé aux chasses du louvetier morlaisien Charles de Saint-Prix, et vingt ans plus tard, rédigé des souvenirs qui constituent un témoignage exceptionnel tant sur la (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 100