Accueil » Documentation » Bibliothèque du CG22 » Guingamp sous l’Ancien Régime

Guingamp sous l’Ancien Régime

vendredi 16 mai 2008, par JCLB
MOTS-CLÉS :  / bibliotheque / monographie

 

Annaïg Soulabaille a soutenu en 1997 à l’université Rennes 2 une thèse sous la direction de Claude Nières.

Le présent ouvrage en reprend l’essentiel.


Guingamp sous l'Ancien Régime

Durant tout l’Ancien Régime, Guingamp demeure une petite ville, à la limite du gros bourg.

Centre d’approvisionnement et de redistribution en produits et denrées de première nécessité pour la campagne alentour, la cité ne connaît pas l’essor que sa situation géographique, ses activités économiques et même ses institutions au sein de l’ensemble breton devraient pourtant légitimement lui garantir : peuplée de 3 à 4 000 habitants à la fin du 15e - début 16e siècle, Guingamp n’en dénombre guère davantage à la veille de la Révolution.

Sans doute les structures démographiques de la cité sont-elles à mettre en cause : tout au long de la période, les populations guingampaises éprouvent de grandes difficultés à assurer le renouvellement des générations, notamment en raison d’une forte mortalité infantile et juvénile ainsi que d’un âge moyen au mariage relativement tardif chez les femmes.

À la vérité, elle n’y parvient que grâce à l’apport migratoire : fin 16e - début 17e siècle par exemple, plusieurs familles nomades s’installent en ville.

Cependant, au-delà de ces faiblesses proprement structurelles, somme toute caractéristiques du milieu urbain d’Ancien Régime, la responsabilité même des élites guingampaises semble directement engagée.
Dans une cité majoritairement peuplée de petites gens, nobles et bourgeois aisés - il est vrai peu nombreux - ont seuls les capacités financières requises pour dynamiser l’économie locale.
Or, ils préfèrent investir dans la pierre et dans la terre (sources de richesses et enjeux sociaux important), condamnant ainsi Guingamp à la stagnation économique.

Cet ouvrage est paru aux Presses Universitaires de Rennes en 1999.


Les ouvrages consultables à la bibliothèque du Centre Généalogique des Côtes-d’Armor





Les articles de cette rubrique

     

    2010

    juillet

  • L’âme de l’Étang

    L’âme de l’Étang Agrandir le plan II s’agit d’un livre qui fait vivre un site exceptionnel, L’Etang-Neuf, en plein Centre Bretagne. Alors qu’on est loin de partout, à l’orée du Bois de Coatmallouen, à cheval sur le Trégor et la Cornouaille, (...)

  •  

    mai

  • La noblesse entre l’exil et la mort

    La noblesse est apparue, très tôt dans l’Ouest, surtout en Bretagne, comme fondamentalement et massivement hostile à la Révolution.

  •  

  • L’argot des nomades en Basse-Bretagne

    Quel étrange destin que celui de ce jeune Rochois (de La Roche-Derrien), étudiant pauvre, très tôt exilé dans la capitale, emportant sa Bretagne dans la tête et dans le cœur, fréquentant assidùment les milieux intellectuels parisiens et les grands (...)

  •  

    février

  • Dictionnaire des communes - département des Côtes-d’Armor - Eléments d’histoire et d’archéologie

    Ce dictionnaire est un ouvrage incontournable pour tout généalogiste faisant des recherches dans notre département.

  •  

    janvier

  • Nouvelle histoire de la Bretagne

    L’identité bretonne existe-t-elle encore en cette fin de XXe siècle ? La Bretagne a-t-elle un avenir dans l’Europe unie qu’elle souhaite ? La réponse à ces questions se trouve en grande partie dans le passé. Un passé que ce livre interroge à la lumière (...)

  •  

    2009

    décembre

  • Les Cahiers du Trégor

    Les 30 Cahiers du Trégor ont été publiés de 1982 à 1990 avec le concours de la M.J.C. de Bégard.

  •  

  • Les Carnets du Goëlo

    Les Carnets du Goëlo sont publiés par la SEHAG

  •  

    octobre

  • Tanneurs de Bretagne

      Depuis toujours, la Bretagne est pays d’élevage. Depuis toujours, on s’y efforce de valoriser les productions animales. Aujourd’hui, dans la filière agro-alimentaire ; hier, dans des réseaux tout aussi (...)

  •  

    septembre

  • Bretons de Paris - des exilés en capitale

    Ils sont de Quimperlé, Pont-Croix, Ploërmel, Guingamp, Carhaix ou du Faouët... Un jour, comme l’ont fait avant eux leurs aînés, ils ont tourné le dos au pays pour s’en aller à Paris.

  •  

    août

  • Communes bretonnes et paroisses d’Armorique

    A la recherche des origines paroissiales

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 100