Accueil » Documentation » Bibliothèque du CG22 » Bretons de Paris - des exilés en capitale

Bretons de Paris - des exilés en capitale

samedi 19 septembre 2009, par JCLB
MOTS-CLÉS :  / bibliotheque / vie_sociale

 

Ils sont de Quimperlé, Pont-Croix, Ploërmel, Guingamp, Carhaix ou du Faouët... Un jour, comme l’ont fait avant eux leurs aînés, ils ont tourné le dos au pays pour s’en aller à Paris.

 


Montparnasse, terminus vers un nouveau départ ? L’adresse d’un cousin au fond de la poche, l’aventure commence sur le pavé parisien, saluée par le clin d’oeil d’un café au nom évocateur.

Avant, tout, du travail ; les premiers arrivants, qui ne connaissaient que celui de la terre, se firent terrassiers, ouvriers en usine, bonnes... Les suivants deviendront chauffeurs de taxi, restaurateurs ou cheminots. Durs à la tâche, les Bretons de Paris affrontèrent la difficulté de leur condition comme le regard des Parisiens, pas toujours très tendre. Les aventures de Bécassine eurent parfois un goût bien amer.

La Bretagne a pris ses quartiers autour de Montparnasse, bien sûr, mais aussi en banlieue, à Versailles, Saint-Denis, Villeneuve-le-Roi ou Athis-Mons... On se rassemble dans les associations qui se forment un peu partout, dans les cafés bretons, à l’occasion des bals et des fêtes. Il n’en faut pas davantage pour retrouver un peu de chaleur, et surtout de fierté.

Souvent, entre connaissances, on parle du pays et parfois du retour... Improbable ? Pas toujours ; certains referont le voyage en sens inverse quand d’autres s’établiront définitivement dans la capitale. Mais tous les enfants de Bretagne gardent dans leurs yeux le reflet de cette écume qui berce inlassablement leur terre.

Cet ouvrage de Didier VIOLAIN , illustré de nombreuses photos, est paru en 1997 aux Éditions Parigramme


Les ouvrages consultables à la bibliothèque du Centre Généalogique des Côtes-d’Armor





Les articles de cette rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 100