Accueil » Documentation » Bibliothèque du CG22 » A la découverte des chapelles du Trégor

A la découverte des chapelles du Trégor

vendredi 13 juin 2008, par JCLB
MOTS-CLÉS :  / bibliotheque / affaires_religieuses / edifices / patrimoine

 

Après avoir sillonné tant de fois les routes de Morlaix à Paimpol et visité cet arrière pays qui s’étend jusqu’à la ligne de partage des eaux entre le versant de l’Atlantique et celui de la Manche — cette épine dorsale que constituent les Monts d’Arrée — l’auteur a appris à découvrir, au hasard de ses cheminements les œuvres de pierre que des générations d’artistes ont laissées sur le sol granitique ; comme dans toute la péninsule, églises et chapelles ont fleuri, mais alors pourquoi ces dernières ont-elles retenu son attention ?


A la découverte des chapelles du Trégor Sans doute le piteux état de beaucoup d’entre elles plus délaissées que les églises bien en vue sur la grande place de la paroisse, le fait aussi d’avoir été touché par le charme de l’art populaire de ces clochers qui marquent un hameau ou annoncent l’approche d’un manoir, ne sont-ils pas faits pour s’accorder au paysage ?

Et puis Pierre DELESTRE est de ceux qui croient en la beauté en tant que valeur spirituelle ; celui qui a buriné le dur granit n’a-t-il pas mobilisé le meilleur de lui-même ?

Le lecteur ne s’étonnera donc pas qu’il ait cherché à en savoir plus sur les conditions qui firent éclore ces édifices religieux ; leur multitude l’empêchera d’en faire l’énumération, ce qui serait d’ailleurs fastidieux, il s’étendra plutôt sur la chapelle du Trégor en général, sur son histoire d’abord, avec les premières traces du christianisme dans l’Ouest, l’influence des voisins immédiats au-delà de la Manche, leur émigration en Armorique dont une partie deviendra le Trégor, l’implantation de nombreux moines avec l’édification des premiers oratoires.

En suivant le cours des siècles nous verrons comment les Commanderies de l’ordre du Temple, la création de monastères et surtout le développement des arts à l’époque du duc Jean V puis de la duchesse Anne ont été à l’origine de l’essor architectural religieux.

Mais qu’est-ce qui fait l’originalité des chapelles du Trégor, quels sont les éléments de leur construction du gros œuvre à tout ce qui touche la décoration et l’environnement ? Tous ces points seront examinés.

Le rappel de la législation qui régit la protection des monuments historiques permettra à celui qui s’interroge sur le devenir d’un édifice d’apprécier les mesures qui peuvent être prises pour leur conservation ou leur restauration avec ou sans le concours de l’Administration ; y a-t-il en effet dans le monde moderne de valeur plus sûre que la création de l’art ancien et de meilleur investissement que sa conservation ?

Kermaria en Squiffiec Enfin ayant lui-même participé à titre privé comme maître d’œuvre depuis une quinzaine d’années à la restauration de différentes chapelles dans le secteur concerné, des détails plus complets leur seront consacrés à la fin de cet ouvrage.

Celui-ci serait incomplet s’il n’était pas fait état du mouvement de générosité et d’espoir qui anime depuis quelque temps la Bretagne et notamment le Trégor en faveur du sauvetage des chapelles.

Ce livre est paru en 1985 ; on peut y découvrir des photos de la chapelle de Kermaria-Lan en Squiffiec à l’état de ruines avant que Pierre ILLIEN ne s’attèle à son sauvetage afin de lui redonner son éclat d’antan.

Les ouvrages consultables à la bibliothèque du Centre Généalogique des Côtes-d’Armor





Les articles de cette rubrique

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 100